| Accueil | L'Amicale | La chapelle | Les évènements | L'aviation à PAU | La galerie | Les Liens | Nous contacter | Accés membres |
 
Les terrains d'aviation
 
Aujourd'hui nous avons PAU PYRENEES, resté aussi dans les mémoires comme PAU UZEIN
Mais que de distance parcourue depuis le premier terrain, celui que Wilbur Wright découvrit en 1909. Ce "champ d'aviation" comme on disait à l'époque, c'était environ 40 hectares que la ville de Pau et le Comité d'aviation louaient au Syndicat des bergers du Haut-Ossau dans la lande du Pont-Long.
 
Le paysage n'a pas tellement changé  et on peut pratiquement supperposer la carte remise à Wilbur Wright en décembre 1908 au tracé actuel des cartes de l'IGN.
 
Après les Frères Wright, vinrent d'autres "aviateurs" dont certains créerent des écoles dans ce paysage si accueillant aux aéroplanes.

 
Louis Blériot arriva en 1909 très peu de temps après sa traversée de la Manche fut le premier à ouvrir une école sur la commune de Caubios. Il fut rejoint ensuite par Voisin, Morane, Nieuport, Deperdussin et quelques autres qui eurent plus ou moins de bonheur.
 
L'Armée qui avait fait former ses premiers pilotes dans des écoles civiles ouvrait également son école en 1911. Mais, peu convaincue, l'Armée fermait son école d'aviation au printemps 1914.
La déclaration de guerre en août 1914 allait donner une impulsion nouvelle à la formation des pilotes. Les écoles civiles apportaient leur potentiel à l'Armée qui venait de ré-ouvrir son école en novembre 1914. Tout était à découvrir, non seulement la formation à l'art du pilotage mais surtout la manière d'utiliser cette arme nouvelle. La montée en puissance de l'Ecole militaire d'aviation de Pau se fit à un rythme soutenu. De nouveaux terrains sont aménagés et toute une logistique doit accompagner l'accroissement du nombre des pilotes à former au pilotage et à partir de 1916 à entrainer au combat aérien.
 
 
Cette école verra passer la fine fleur des aviateurs français mais aussi nombre d'étrangers des armées alliées et des volontaires étrangers portant l'uniforme de la Légion étrangère
 
Des 150 personnels et 50 avions de novembre 1914 on passera en novembre 1918 à 1500 personnels, 750 appareils pour former 350 pilotes de chasse chaque mois sur les 12 champs d'aviation que compte l'Ecole.
 
Ce seront en tout 6000 pilotes et 1800 mécaniciens qui seront passés à Pau
 
12 aérodromes de l'Ecole militaire d'aviation en 1918
 
Toutes les spécialités de la construction et du soutien se trouvent rasemblées à Pau, par des personnels français, militaires et civils, et par des soldats coloniaux.
 
copyright © Amicale de la Chapelle Mémorial de l'Aviation et du camp Guynemer