| Accueil | L'Amicale | La chapelle | Les évènements | L'aviation à PAU | La galerie | Les Liens | Nous contacter | Accés membres |
           
 

La passion folle des frères Wright de Dayton, Ohio

Les frères Orville et Wilbur Wright, après des années passées à mettre au point leur aéroplane motorisé,  disposent en 1905 du Flyer une machine motorisée capable de voler de façon contrôlée. Mais que faire de cet engin ?

Ils veulent aller au delà de ce que Wilbur a écrit en décembre 1905 :

« il n’y a pas au monde de sport supérieur à celui dont jouissent les aviateurs emportés dans les airs sur de grandes ailes blanches »

 Ils ont demandé dès mars 1903 l’attribution d’un brevet d’invention , 

Lorsque le brevet portant sur le système des commandes fut délivré en juin 1906 ils proposèrent ce brevet  au gouvernement américain. Celui-ci refusa ‘’ un appareil n’ayant à ce stade aucune utilité pratique’’.

En 1907 les frères Wright se tournèrent vers la France, où l’aviation était en plein développement. 

Ils  contactèrent des investisseurs français et reprirent  contact avec l’Armée américaine pour faire qualifier leur appareil .

C’est ainsi qu’en 1908 Orville Wright devait faire à Fort Myer une démonstration à l’Armée américaine, tandis que Wilbur venait en France pour honorer un contrat ‘’sous conditions’’, de 500.000 francs-or, d’abord au Mans puis à Pau.

 
La situation des Wright début 1908 en prélude aux démonstrations
 
Leurs objectifs
Vendre des machines ou vendre la licence de construction
 
Leur idée
Se protéger par des brevets internationaux
Ne faire des présentations en public qu’une fois les brevets obtenus.
 
Les acquits techniques des Wright
Les vols qui ont validé leurs découvertes du vol contrôlé se placent entre 1903 (planeur) et 1905 (appareil motorisé)
Ils peuvent décoller et atterrir avec leur machine motorisée et ils ont acquit la maîtrise du vol contrôlé sur les 3 axes
 

Ils ont déposés une demande de brevet en 1903, mais ce n’est qu'en 1906 que le brevet n° 821.393 pour une flying machine leur est accordé.

Ils ont breveté le procédé consistant à manœuvrer le gauchissement des ailes et le gouvernail de direction .
 
Les premiers contrats
En 1908

- avec l’armée US : des vols de qualification sont  réalisés en septembre 1908 à Fort Myer en Virginie. Orville y établit successivement, en vol local, les records de durée de vol, avec 1h 14mn le 12 septembre 1908. Au cours du 14ème vol le 17 septembre 1908 une hélice se rompt et le Flyer chute. Orville est sérieusement blessé et son passager le lieutenant Selfridge est tué.

- contrat avec L. Weiler en France: ce contrat commercial de 500.000 franc-or ne vaut que sous condition de performances  réalisées en France et de la  formation de 3 pilotes. 
 
Les points faibles
Selon leur choix les performances sur le Flyer sont restées confidentielles
Il n'y a pas de témoin  de confiance pour attester les vols de 1905
Ils veulent vendre avant de présenter la démonstration en vol
Ils paraissent avoir estimé qu’ils avaient obtenu la seule machine  appelée à un développement
Ils sous-estiment l’importance de la puissance du moteur 
il n’y a pas de roues sur l’atterrisseur
Le Flyer est une machine « pointue » peu stable
L’accident en vol du 17 septembre 1908 
 
Leur points forts
Ils sont imaginatifs 
Ils ont de bonnes connaissances scientifiques et techniques
Ils se sont basés sur les travaux de Mouillard et Lilienthal. Ils ont bénéficié de relations avec Octave Chanute et avec le Capitaine Ferber.

Ils utilisent des modèles réduits pour tester le rôle de divers paramètres et construisent des appareils de mesure

s ont fini par prendre des spécialistes pour les aider dans leurs  activités de commercialisation Charles Flint (New-York), Hart O. Berg (Paris)
           
copyright © Amicale de la Chapelle Mémorial de l'Aviation et du camp Guynemer