accueil
Accueil

 Les écoles d’aviation à Pau


Début 1911 trois aérodromes civils hébergeant des écoles d’aviation fonctionnent déjà à Pau:

terrain_astra

Outre celui des frères Wright "1"et celui de Louis Blériot "2", secondé par l’école Antoinette, un troisième site "3" est ouvert à l’initiative de la Compagnie Aérienne du Sud-Ouest, encouragée par les succès à la fois populaire, technique et financier de l’école Blériot.

Ce terrain dit de la Compagnie Aérienne, situé route de Bordeaux, à proximité de l’hippodrome, accueille différentes écoles:

            - Deperdussin

            - Morane-Saulnier

            - Nieuport

            - Voisin



Emulation et concurrence sont de rigueur, d’autant que de nombreux prix et records sont à gagner.

La plupart des constructeurs-formateurs de l’époque sont ainsi présents à Pau et font en cela de la capitale béarnaise la véritable capitale de l’aviation.


Il faut aussi noter l’existence de l’aérodrome militaire "4" au voisinage du terrain Wright.

  
Remarque : contrairement à une légende, le terrain d’aviation de Pau-Idron qui existait jusqu’aux années 1970 ne fait pas partie de l’épopée de ces temps héroïques. Il fut implanté en 1933 : c’était à l’origine une base d’entretien des avions Caudron.

 



 
L’école Blériot de Pau-Caubios



Origines

Louis Blériot arrive à Pau en Septembre 1909 tout auréolé de sa traversée victorieuse de la Manche au mois de Juillet précédent.
Très vite (délibération du 24 octobre 1909) le Conseil Municipal de la Ville de Pau donne son accord favorable pour l’installation d’une école d’aviation


Situation

40 hectares sont loués à la commune de Caubios par le Comité d’Aviation et confiés à Blériot pour y installer son école.

Bl_1

Inauguration de l’Ecole Française d’Aviation de Louis Blériot
 le 24 novembre 1909


Evolution

Début 1910, un contrat est signé entre Louis Blériot et Monsieur de Tuitte, Président du Comité d’Aviation, officialisant ainsi l’implantation récente de l’école, école qui est déjà en cours d’agrandissement.

Il s’agit alors de la plus importante école d’aviation à Pau.


Bl_12


Pilotes de renom


On y formera des pilotes devenus célèbres:

-  français : Leblanc, Sallenave, Morane, Védrines, Brindejonc  des Moulinais, Legagneux ou encore Mademoiselle Jane Herveux


- ou étrangers: Rolls, Sikorski, White, le Prince Bibasco ou encore Miss  Spencer Kavanagh, qui fut la première femme-pilote formée à l’école Blériot.
 

Bl_4
 Miss  Spencer  Kavanagh 


- ainsi que les pilotes militaires:  De Rose, Malherbe, Bellenger.

bl_7
Capitaine Bellanger


L’école s’était aussi dotée d’un centre d’essais et de records pour tester et promouvoir les appareils construits par la société Blériot

  white_eagle
« White Eagle » de vitesse



De nombreux records du monde (vitesse, altitude, distance sans escale…) sont alors obtenus à Pau en 1912  








L’école Antoinette


Origine

En Avril 1910 deux hangars sont confiés par Blériot pour l’installation de la société Antoinette, motoriste de renom qui équipe certains des appareils Blériot.

Cette société, sous l’égide de l’ingénieur Levavasseur, construit le célèbre moteur éponyme, très en avance sur son temps, le V8 à essence, refroidi par eau et développant jusqu’à 55 CV pour un poids de 50 kg.
 Il est à noter que ce moteur est exposé au Musée de l’Air et de l’Espace au Bourget.



Les hommes


Outre l’ingénieur motoriste Léon Levavasseur, on retiendra les noms de :

- Brunet  (Directeur)

- Wachter (Chef pilote)

- Walter de Mumm (élève célèbre, dont la famille est connue pour son champagne)




La légende


Léon Levasseur a baptisé son moteur « Antoinette » en hommage à la fille de son commanditaire,  Jules Gastambide.

atel_37
  moteur V8  « Antoinette »




ant_1
  un appareil Antoinette décolle de  l’aérodrome de Pau-Caubios 





 
L’école Voisin



L’école

L’école Voisin est basée, elle aussi sur, sur l’aérodrome N°3 créé à l’initiative de la Compagnie aérienne du Sud-Ouest.
Ecole civile et militaire son parc d’appareils est constitué de 3 appareils-école et d’un avion biplace.
Début 1912, elle accueille 8 élèves, 4 civils et 4 militaires et 6 brevets ont déjà été obtenus; l’école Voisin a décerné le premier brevet de pilote militaire de l’Armée suédoise au Lieutenant Van Borad, début 1912.


Les hommes


- Les frères Voisin : inventeurs géniaux mais piètres commerçants, ils omettront de déposer plusieurs brevets techniques, à l’inverse des frères Wright.

- De Ridder, l’emblématique Chef pilote se fera connaître en se posant sur l’actuelle Place de Verdun à Pau avec sa femme et sa fille à bord de son appareil Voisin biplan.



voi_1
  De Ridder se pose sur la place de Verdun 



La technique

Les appareils produits par la société Voisin présentent une caractéristique commune:
Ils sont munis d’hélice(s) propulsive(s) ce qui, quelques années, plus tard leur permettra d’embarquer un canon à l’avant de l’appareil (Voisin-canon de 1916)
C’est aux commandes d’un avion de ce type que s’illustrera le pilote Gomez.



               

 

L'école Morane-Saulnier


L’école des performances


Située sur l’aérodrome de la Compagnie Aérienne, cette école civile dispose de trois appareils d’étude et de records.

Très confirmés, les pilotes de ce centre seront par la suite titulaires de nombreux records: ils se nomment Tabuteau, Brindejonc et Bubba.



mor_1
  Brindejonc, pilote de l’école Morane-Saulnier, auteur de nombreux records 
 








l'Ecole Nieuport
 

Ecole civile et militaire, elle est aussi installée sur l’aérodrome N° 3
de la Compagnie Aérienne .
Disposant de 18 appareils qui sont garés
( après le départ du « Ville de Pau ») dans le grand hangar destiné aux dirigeables.
Ses chefs pilotes Gobe et Espanet  forment indifféremment civils ou militaires .

En mars 1912 elle accueille 15 élèves civils ( 9 brevetés dont une femme) et 10 élèves militaires ( 5 officiers et 5 sous-officiers ) dont 6 seront brevetés.



nieu_8
   Vue des hangars de l’école Nieuport 



nieu_1
  Ecole Nieuport, Léon.Morane et le Dr. Espanet 





 
L'Ecole Deperdussin
 

L’école Deperdussin est scindée en deux écoles, l’une civile, l’autre militaire.
Installées sur l’aérodrome de la Compagnie Aérienne, ces deux écoles possèdent plus de 10 appareils stationnés dans 5 hangars.


Pour la période 1911-1914, l’école Deperdussin a constitué, après l’école Blériot, le plus important centre de formation de pilotes de la région paloise.



L’école militaire, dont le chef pilote est Busson,  accueille, en 1912,  9 élèves
dont 4 seront brevetés.


busson
 Busson, chef pilote de l’école militaire 
 





L’école civile avec pour chefs pilotes de Franck et Rivollier compte à la même époque 23 élèves ( dont 3 femmes ) et 10 seront brevetés.

deperdussin
L’école civile Deperdussin 





A coté de ces écoles le centre d’aviation Deperdussin développe des appareils d’étude et de record avec des pilotes confirmés tel Jules Védrines.

vedrine_deperdussin
 Jules Védrines sur monoplan Deperdussin 


Védrines établit, sur appareil Deperdussin à moteur rotatif Gnome,  le record de vitesse à 167,910 km/h le 2 mars 1912



       




       haut